La Principauté de Boisbelle-Henrichemont

Histoire de l'Ancienne Principauté Souveraine de Boisbelle. Villages de Quantilly, Menetou Salon, Henrichemont, Achères. Jadis connue pour ses privilèges, cette enclave était à part du Royaume de France.
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Joseph-Aignan SIGAUD de LAFOND

, 14:41 - Lien permanent

Le samedi 19 octobre 2019 Monsieur Alain ROBLET donnait une conférence très documentée sur un personnage bien méconnu à Bourges dont il était pourtant originaire.

Joseph Aignan Sigaud de Lafond est né à Bourges le 5 janvier 1730. Il est l’aîné d’une fratrie de huit enfants dont les parents sont Joseph Sigaud, maître horloger, et Anne Deville.
Joseph Aignan Sigaud de Lafond Destiné à une carrière ecclésiastique, il étudie au Collège Royal de l’Université de Bourges (collège Sainte-Marie) tenu par les Jésuites. Il suit gratuitement les cours de théologie, lettres et sciences. En 1762, année où les Jésuites sont chassés, le collège compte plusieurs centaines d’élèves.

En 1750, il est répétiteur en mathématiques et philosophie au collège Louis-le-Grand à Paris. On pense qu’il a suivi les cours de physiciens comme ceux de l’abbé Jean Antoine Nollet qui possédait un cabinet de physique.
Grâce à son salaire, Sigaud monte son propre cabinet de physique.
Il se marie le 7 janvier 1760 avec Marie Françoise Rouland (Rolland). Il travaillera en étroite relation avec son neveu Rouland.

Expérience du coup de foudre

Il écrit de nombreux livres où il décrit ses expériences. C’est un physicien réputé connu dans les différentes universités européennes.

En 1776, Sigaud et Macquer sont les premiers à réaliser la synthèse de l’eau. En 1783, Lavoisier reprend leurs travaux mais donne les mesures.
1779 est l’année du retour à Bourges. Louis XVI crée pour lui la chaire de physique expérimentale au collège royal de Bourges. Le collège royal deviendra l’école centrale, puis Napoléon créera les lycées en 1802. En 1804, Sigaud est le premier proviseur du lycée, il a 74 ans. Il donne sa démission en 1807 et meurt le 23 janvier 1810 à Bourges.

Plus tard Paul Adrien Bourdaloue entreprendra la rénovation du cabinet de physique détruit par un incendie.

Domaines traités par Sigaud (matériel inventé et livres) : mécanique, chaleur, hydrostatique, optique, pneumatique, électricité, magnétisme.

Notre conférencier Alain Roblet a visité le musée consacré au physicien, créé voilà 30 ans, qui reste fermé maintenant et se trouve dans les locaux de l’actuel lycée Alain-Fournier. Une demande de visite de ce musée est proposée par l'assistance.

Hommages rendus à Sigaud :

  • 1870 : buste en bronze au jardin de l’Archevêché
  • 1927 : une rue à Bourges
  • 1992 : sur la rocade ouest de Bourges, un décor de Bernard Capo
  • 2010 : exposition à la médiathèque

Buste au jardin de l'Archevêché La rue avec confusion homonymique D'après Bernard Capo Ouvrage de Sigau Ouvrage de Sigau Ouvrage de Sigau