Plus de 80 personnes se sont retrouvées à la salle des fêtes de la Borne autour de M. Christian Roth, Président de la Fédération des sociétés savantes du Centre de la France.

Avec beaucoup de verve, d’humour et nombreux documents à l’appui, il a retracé les différentes étapes qui ont conduit à la construction d’une chapelle à la Borne.
Bien que réclamée depuis longtemps par les Bornois qui rechignaient à faire à pied les 4 km qui les séparaient d’Henrichemont, il a fallu attendre l’achèvement de la nouvelle église paroissiale d’Henrichemont inaugurée en 1863 pour que l’idée prenne corps.
C’est le curé Jean-Désiré Rousseau arrivé en 1894 qui va porter le projet et surtout trouver le financement estimé entre 40 et 50 000 francs. Grâce à une souscription auprès de la population, des quêtes, des dons et à la participation des Bornois qui donnent qui des briques, qui de la chaux, qui ses bras, la construction peut débuter en 1896.
L’ouverture de l’église au culte se fait dans la plus grande discrétion en mai 1898.
Elle sera dédiée à Saint Jean Baptiste, patron des potiers.

Considérée comme la propriété personnelle du curé Rousseau, elle échappe à tout contrôle tant des autorités ecclésiastiques, municipales qu’administratives.

Elle est cédée en 1928 à l’association diocésaine qui la loue en 1984 à la commune d’Henrichemont.
Elle devint, en 1987, musée de la poterie sous l’égide du professeur Yves Rocard, président fondateur et de Monsieur Guégen, président d’honneur.

Après la conférence, l’association des amis du musée de La Borne, ouvre cette ancienne chapelle à l’assemblée et nous pouvons y admirer l’exposition de nombreuses œuvres de potiers bornois.
Le traditionnel verre de l’amitié a clôturé cette enrichissante journée.